Qui s’approche
me toise
de la rive
où l’arbre fait silence
où rien n’est dévoilé ?
j’aborde le territoire
d’une peur
qui défait l’étendue
pourrais-je
encore demain
gravir
ses brumes
les plus hautes ?
l’heure
est si bleue
qui m’enserre
pour une danse
avec l’oiseau.
Cl. M.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s